humeur

    Avoir le courage de repartir de zéro

    24 mai, 2017

    fille locs

    En mars dernier, je fêtai mes 33 ans et je suis retombée sur ces photos prises à l’été 2015.

    J’étais sur le point d’être diplômée en licence après avoir décidé de reprendre mes études dans le cadre d’un Congé Individuel de Formation . Je n’arrivais pas à envisager mon avenir de manière claire : poursuite d’études, reprise du travail, nouvelle carrière, entreprenariat, prendre du temps pour ma fille ? Le flou total…

    Mais le destin a un peu décidé pour moi. Toute une série d’évènements m’ont amené aujourd’hui à repartir de zéro.

    J’ai 33 ans mais je vis la vie que j’aurai dû vivre à 23 ans, les problèmes de trentenaires en plus :p

    En un an, toutes les certitudes que j’avais sur ma vie se sont envolées. Si l’on m’avait dit que j’en serai là où je suis au moment où ces photos ont été prises. Je ne l’aurai pas cru.

    J’ai dû vivre l’une des années les plus difficiles de ma vie, moralement et physiquement, mais c’est également celle où j’ai le plus appris, sur moi-même, sur les autres…

    Le déclic : j’ai appris à dire non et à penser à mon bien-être.

    Il n’y a rien de plus libérateur que de prendre enfin conscience que l’on est plus prêt à accepter certaines chose et de trouver la force d’y mettre fin.

    Récemment la bande dessinée de l’illustratrice Emma concernant la charge mentale des femmes m’a donné un début de réponse à mon burnout de l’année passée.La charge mentale je l’avais chez moi, mais dans ma famille au sens large également. Je n’en pouvais plus de tout gérer. Mon cerveau était comme bloqué, je n’arrivais plus à respirer. J’ai passé un mois à me demander d’où me venait ce spleen. Qu’est ce qui clochait chez moi ? En fait une seule chose clochait chez moi c’était que je pensais pouvoir tout supporter et tout gérer. Je me prenais pour Superwoman.

    Mais personne est infaillible. Je voulais être une super maman, une super copine, une super fille, une super amie… J’ai terminé super déprimée.

    On ne peut pas plaire à tout le monde. Un soir je suis rentrée et j’ai craqué. J’ai mis un terme à 6 ans de relation. Grand saut dans le vide : mère célibataire et étudiante. Mais je me suis sentie libérée.

    J’ai ensuite pris des distances avec les personnes qui étaient pleine de négativité à mon encontre. Celles pour qui rien de ce que je faisais n’était jamais assez bien, celles qui me faisait vivre dans des regrets. En fait, j’ai appris à vivre ma vie et non celle que l’on avait programmé pour moi.

    Professionnellement aussi, malgré un petit passage à vide, j’ai appris à donner de la valeur à mes compétences et à mon travail. J’ai quitté l’entreprise dans laquelle j’étais en alternance depuis la rentrée. La décision je l’ai muri pendant des mois. Dès le début, en arrivant dans cette boite j’ai senti que ça ne le ferait pas. Mais je suis restée quand même. J’avais quitté à regret ma boite précédente parce que ma nouvelle organisation familiale ne permettait plus de m’y impliquer autant que je voulais. Je voulais tenir car je me disais que je ne pouvais pas avoir fait le sacrifice de mon ancienne position en vain. Mauvaise raison. J’ai senti le spleen revenir, les regrets m’envahir… Non pas encore je pars !

    Beaucoup n’ont pas compris ma décision. Pourquoi quitter une super boite pour laquelle beaucoup aimerait travailler? Pourquoi partir à 6 mois de la fin? Parce que je ne me sentais pas bien où j’étais. Ce n’était pas fait pour mou, je n’arrivais pas à trouver ma place. J’y allais à reculons et n’arrivait plus à m’investir dans mes tâches.

    J’ai pris le risque de mettre en péril 1 an et demi de travail. Mon master étant sur 2 ans partir avant la fin revenait à n’avoir rien fait. Je suis restée sans entreprise durant un mois. Un mois à me ronger les ongles je l’avoue, à sauter sur toutes les offres qui se présentait. J’ai fini par trouver une nouvelle entreprise le dernier jour du délai que m’avait donné l’école, ouf !

    Reprendre mes études m’a permis de revivre une nouvelle vingtaine. Une telle chance ne se présente pas 2 fois ;). Alors certes je suis maman donc je ne peux pas vivre la vie étudiante à 100% mais j’ai cette impression d’avoir l’opportunité de redémarrer ma vie.

    Tu t’es trompé pendant 10 ans, c’est pas grave 😉 Passe un coup de gomme, les traces se verront encore mais tu pourras réécrire une nouvelle vie par dessus;)

    Le risque était grand mais lorsque les choses ne nous conviennent plus, il faut savoir dire stop même si c’est contre les conventions, contre l’avis de tous. Votre vie vous appartient à vous et à personne d’autre.

    Ma fille est un bon moteur, je ne veux pas qu’elle voit sa mère malheureuse… Je veux lui montrer que l’on a droit au bonheur !

    Comme je vous l’ai dit cette année a été l’une des plus difficiles de ma vie (je touche du bois) mais elle a vraiment été riche en enseignement.

    kinywax sac à dos wax repartir de zero

     

    Rendez-vous sur Hellocoton !
  • En Mode Geekette

    Insta Stories vs Snapchat

    Aujourd’hui, je voulais vous parler d’une problématique plus technique : Instagram Stories vs Snapchat. Etudiante dans le domaine du Digital, je me suis dit qu’il serait intéressant de partager avec vous, le côté geek…

    19 avril, 2017
  • vitrail-belle-bois-dormant
    Apprentie Maman

    Des Étoiles plein ses Yeux

    Fin janvier, nous avons passé une superbe journée à Disneyland Paris avec la Coccinelle. Après mon départ de l’agence dans laquelle j’ai travaillé l’année passée, les meilleures collègues du monde  ont eu la merveilleuse idée…

    22 mars, 2017
  • lingerie-st-valentin
    Dressing

    Mes idées cadeaux pour la Saint Valentin

    All my single ladies rise your hands et si en plus vous avez une petite poitrine levez les deux mains ! Si vous aussi vous faites partie de la team #petitsnénés voici une petite…

    10 février, 2017
%d blogueurs aiment cette page :